Enfants en exil - Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982).pdf

Enfants en exil - Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982) PDF

Ivan Jablonka

Dans les années 1960 et 1970, la DDASS de la Réunion a transféré en métropole des centaines denfants abandonnés ou retirés à leurs parents. Ils étaient alors confiés à des familles ou à des institutions, sans quaucun voyage de retour ne soit prévu. Ce transfert a été un échec : la grande majorité a souffert du déracinement, de la solitude, du racisme, du chômage. Quarante ans plus tard, des anciens pupilles ont intenté un procès retentissant à lÉtat. Faut-il, comme eux, relier cet épisode aux pages les plus noires de lhistoire de France, lesclavage et la déportation ? Ce transfert denfants incarnerait-il un néo-colonialisme qui nose pas dire son nom ? Lartisan de cette opération, Michel Debré, sinquiétait de lexplosion démographique qui menaçait lîle, mais il avait surtout lambition dintégrer la Réunion à lensemble national. Dès lors, une inquiétante conclusion se dessine : la migration des pupilles réunionnais, avec la somme de souffrances quelle a engendrée, a été entreprise parce quelle était conforme à lidéal républicain.

ENFANTS EN EXIL. TRANSFERT DE PUPILLES RÉUNIONNAIS EN ... enfants en exil. transfert de pupilles rÉunionnais en mÉtropole 1963-1982: amazon.ca: ivan jablonka: books

8.81 MB Taille du fichier
9782020932295 ISBN
Libre PRIX
Enfants en exil - Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982).pdf

Technik

PC et Mac

Lisez l'eBook immédiatement après l'avoir téléchargé via "Lire maintenant" dans votre navigateur ou avec le logiciel de lecture gratuit Adobe Digital Editions.

iOS & Android

Pour tablettes et smartphones: notre application de lecture tolino gratuite

eBook Reader

Téléchargez l'eBook directement sur le lecteur dans la boutique www.turossheadcountryclub.com.au ou transférez-le avec le logiciel gratuit Sony READER FOR PC / Mac ou Adobe Digital Editions.

Reader

Après la synchronisation automatique, ouvrez le livre électronique sur le lecteur ou transférez-le manuellement sur votre appareil tolino à l'aide du logiciel gratuit Adobe Digital Editions.

Notes actuelles

avatar
Sofya Voigtuh

Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982), Ivan Jablonka, Seuil. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou ... Découvrez sur decitre.fr Enfants en exil - Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982) par Ivan Jablonka - Collection L'Univers historique ...

avatar
Mattio Müllers

Enfants en exil - Transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982) - Ivan Jablonka - Date de parution : 06/09/2007 - Seuil - Collection : L'Univers historique. Présentation produit Descriptif détaillé

avatar
Noels Schulzen

Livre : Enfants en exil écrit par Ivan Jablonka - Seuil Découvrez et achetez le livre Enfants en exil écrit par Ivan Jablonka chez Seuil sur Lalibrairie.com transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982) de Ivan Jablonka chez Seuil. Paru le 06/09/2007. Grand format Livre broché. 21.30 € Indisponible. Donner votre avis sur ce livre. Ajouter à votre liste d'envie. Avis des lecteurs | Fiche technique; Soyez le premier à donner

avatar
Jason Leghmann

Dans les années 1960 et 1970, la DDASS de la Réunion a transféré en métropole plusieurs centaines d'enfants abandonnés ou retirés à leurs parents. Ils étaient alors confiés à des familles ou à des institutions situées principalement dans le Massif central et le Sud-Ouest. Aucun voyage de retour n'était prévu. Ce transfert a été un échec : malgré quelques réussites

avatar
Jessica Kolhmann

Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en ... Transfert de pupilles réunionnais en métropole, 1963-1982. Livres. Partager l'article. Enfants en exil. Transfert de pupilles réunionnais en métropole, 1963-1982 . Ivan Jablonka dans mensuel 326 daté décembre 2007 - Entre 1963 et 1982, la Ddass de la Réunion transféra 1 600 enfants en métropole. Ces pupilles furent arrachés à leur milieu pour être confiés, 9 000 kilomètres plus